Le testament de Johnny, la classe de Sylvie

Qui est fan de Sylvie a certainement suivi l’affaire de l’héritage de Johnny Halliday qui a beaucoup fait parler d’elle dans les médias. La mort du plus célèbre rockeur de France n’est pas passée inaperçue mais pas seulement à cause du deuil de ses millions de fans. La bataille judiciaire entre son épouse Laeticia Hallyday et ses deux premiers enfants David Hallyday et Laura Smet y est certainement pour quelque chose.

L’héritage contesté de Johnny Halliday

Johnny Hallyday est décédé le 5 décembre 2017, laissant derrière lui un très gros patrimoine. Sa veuve Laeticia Hallyday et ses deux enfants David Hallyday et Laura Smet se sont disputé l’héritage du célèbre rockeur.

Le problème est qu’en France, il existe un système d’« héritier forcé ». Cela signifie qu’une certaine partie de la succession doit être réservée aux descendants, ce qui n’était pas le cas du testament réalisé par Johnny Hallyday puisqu’il l’avait fait en Californie.

Ce testament, rédigé en anglais en 2007, désignait Laeticia Hallyday comme unique héritière du chanteur. Une décision qui n’a pas du tout plu à David et Laura, qui se sont sentis trahis par leur père.

David et Laura contre Laeticia

La situation est d’autant plus délicate qu’en France, le principe d’égalité entre fils et filles ne s’applique pas aux héritages. Si une personne décède sans testament, la succession est divisée en parts égales entre les enfants du défunt, quel que soit leur sexe. Mais si cette personne a rédigé un testament, ce sont ses dernières volontés qui prévalent.

C’est pourquoi David Hallyday et Laura Smet ont décidé de contester le testament de leur père, arguant qu’il ne reflète pas ses véritables souhaits. Ils affirment que Johnny Hallyday n’aurait jamais voulu les exclure de son héritage et qu’il a été manipulé par sa femme Laeticia.

Le procès Hallyday : une procédure longue et compliquée

Le procès de l’héritage de Johnny Hallyday a duré pendant plus de deux ans. Il a été marqué par de nombreux rebondissements, qui en ont fait une affaire très compliquée.

Tout d’abord, il y avait la question de la juridiction dans laquelle l’affaire devait être jugée. En effet, Johnny Hallyday ayant des propriétés en France et aux États-Unis, il n’était pas évident de savoir quel tribunal était compétent pour sa succession.

Finalement, ce sont les tribunaux français qui ont été choisis pour juger l’affaire. Cependant, cette décision a été contestée par Laeticia Hallyday, qui a fait valoir que le testament de son mari devait être respecté et qu’elle devait être la seule héritière de sa succession. Elle se résigne tout de même après coup à ce que le tribunal de Nanterre juge l’affaire en France en octobre 2019.

Sylvie suit l’affaire du procès et plaide l’apaisement entre toutes les parties. Elle pense surtout aux deux petites dernières du chanteur, Jade et Joy alors âgées de 14 et 10 ans.

Un arrangement à l’amiable est finalement trouvé

Après plus de deux ans de procédures judiciaires, un accord à l’amiable a finalement été trouvé entre les parties en septembre 2019. Laeticia Hallyday a accepté de renoncer à son statut d’héritier unique au profit d’un héritage partagé entre les deux enfants de Johnny et elle.

Cet accord met fin à un procès long et compliqué, qui avait été très médiatisé en France. Il montre également qu’il est possible de trouver une solution à l’amiable même dans les cas les plus difficiles.

Cela étant dit, pour bien assurer sa succession, il vaut mieux s’y prendre à l’avance. Pensez à votre testament, vos héritiers et à faire un legs à une association si vous le souhaitez, avant qu’il ne soit trop tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code